logo Lutens

Section d'or

black square

Section d'or

Die Neue Kollektion von Serge Lutens

Am Schnitt interessiert mich nur der Akt des Schneidens.

Ein Messerstrich nur über eine schwarze Fläche,
und schon entflammt ein Schnitt. In meinem zweigeteilten Ich bringt er die Darstellung einer Geburt an den Tag,
entfallen zunächst, verfallen im Laufe der Zeit.

Rechts, in den Tiefen meiner Finsternis,
lässt er in einem anderen Licht eine geweihte Gestalt erstrahlen,
vielleicht ein zweites Ich.

Serge Lutens

Section d’or, keine bloße Kollektion, eine einzigartige Duftsignatur von Serge Lutens.

Collections

Section d'or: Die Kollektion

Sie ist jenseits einer Sphäre anzusiedeln, sie sich mir noch nicht vollständig erschlossen hat. Kreativität besteht nicht darin, sich Limits zu setzen. Das gilt umso mehr für Section d'or, einen Duft, für den ich bereit bin, die Grenzen der Vernunft zu überschreiten. Ich bin bis ans Äußerste dieser Idee gegangen.

Section d'or: Der Ursprung

Ein Einschnitt in meinem eigenen Leben.
Das einzige, was noch zählt, ist die Zeit.
Mir bleibt keine andere Wahl. Section d'or ist nunmehr Teil meiner Sprache, schneidet und vereint zugleich, geht über das hinaus, was mich bisher davon abhielt, voranzuschreiten, was ich aber noch nicht klar zu umreißen vermag.

Serge LutensDen Text von Serge Lutens lesen

Section d'or ist grenzenlos. Jenseits dieser Grenze treffen Sie auf Serge Lutens.

Section d'or: Die Parfums

Renard Constrictor

Renard Constrictor

C’est une mémoire, elle se refuse au souvenir.
C’est un pelage, sous la caresse, il se rétracte.
C’est une peur qui étouffe le héros.

Serge Lutens
Accéder au produit
Sidi Bel-Abbes

Sidi Bel-Abbes

Du temps aboli, du passé effacé, seule l’empreinte ensablée d’un amour anonyme garde la mémoire.

Serge Lutens
Accéder au produit
L'haleine des dieux

L'haleine des dieux

La minuscule fleur blanche qui parfois se mêle aux roses d’un bouquet, se nomme la gypsophile. En Angleterre, on la surnomme baby’s breath. Le volume qu’elle accorde aux brassées est celui que je songe embué par l’haleine de mes dieux, mais en somme,
Dieu, le Diable ou une femme sont moi-même !

Serge Lutens
Accéder au produit
Cracheuse de flammes

Cracheuse de flammes

La séduction est une arme,
les flammes un langage. C’est moi qui crache, c’est elle qui enflamme !
De cette guerre du feu, la femme, en l’occurrence la rose,
ne conserve que la brûlure.

Serge Lutens
Accéder au produit
Cannibale

Cannibale

Le cannibale est affamé.
Comment parler de lui sans évoquer l’amour ?
Il saute aux dents et, sur la peau, il déclare
ce qu’au XVIIIe siècle on appelait un vinaigre de fleurs.

Serge Lutens
Accéder au produit
L'incendiaire

L'incendiaire

Ce parfum résume une partie de mon attirance pour cette violence que, comme L’incendiaire, je contiens. Un parfum qui n’est pas enragé ou fou d’amour n’a pas de raison d’être.

Ce n’est pas le parfum qui est en feu, mais moi qui ai envie d’incendier l’ennui qui suinte de la parfumerie. Le « brûlé » dans le parfum, c’est moi !

Il existe un verbe dans la langue française qui exprime le sentiment que j’ai de ce parfum : oindre. C’est un parfum qu’on ne peut pas ‘mettre’, mais dont on doit s’envelopper. C’est un velours qui se mettrait en peau, une fourrure du dedans.

Ce qui me plait dans ce parfum et plus généralement au travers de cette collection, c’est l’idée d’offrir un vrai présent et entendre le plaisir de celui ou celle qui le reçoit.

Serge Lutens
Accéder au produit